Bourse, Economie, Finances, Marchés

L’Euro, des Atouts et des défaillances

L’Euro, des Atouts et des défaillances

L’€uro est une monnaie de l’Union européenne, mais qui avant, est issue d’une politique économique de l’UEM ou (Union Monétaire Européenne) visant à favoriser l’ouverture des marchés Européens,  notamment par une zone libre-échange. La devise Euro est commune à 18 états membres de l’UE qui forment logiquement la dite « zone Euro », au sein de l’UE. On distinguera toutefois, 4 principautés qui sont : Monaco, Andorre, Saint-Marin et le Vatican  l’ayant pour monnaie d’usage courante.

La monnaie a été réellement introduite en 1999, et officialisée en 2002, en étant présenté alors comme une garantie de stabilité pour l’UE. Preuve qu’aujourd’hui, « l’€uro » figure en deuxième position au montant des transactions à l’échelle internationale, un rang derrière dollar ($), mais toutefois la plus représentée dans le monde en matière de création monétaire pour près de 610 milliards d’€.

On laissera penser que sa circulation en sein des transactions financières européennes permet de doper une telle crédibilité. La commission européenne  a une vision qui s’étale sur le long terme, en harmonisant des politiques économiques telles que la Taxe sur les Transactions Financières (TTF), après un accord collectif favorable obtenu en mai 2014 des différentes parties gouvernementales en UE. Cette loi sera valable à partir de 2016. Tout organisme ayant pour vocation de fournir des services financiers y seront assujettis. Euronext, en représente un bon exemple.

Une TTF représentera en moyenne 0.10% de la valeur des actions & obligations négociés dans un cadre d’une opération de globalisation financière.

Les raisons qui ont incité la commission Européenne a aboutir à un tel accord sont d’une part, le fait de réguler la globalisation financière sur un plan généraliste, mais avant tout lutter, de pouvoir contre les phénomènes de spéculation, ce qui est similaire à la Taxe Tobin, d’autre part, accroitre les capacités à financer les besoins courants liés à la mondialisation et notamment les biens publics mondiaux (BPM), ce qui revient à collecter & réguler les ressources dites publiques.

Indéniablement on peut se rendre-compte du poids économique de  la zone Euro, mais toutefois identifier  des conséquences majeures, pour les États membres qui y participent, comme pour d’autres pays.
A présent, l’€uro  en tant que monnaie unique, susciterait une certaine … crainte, en particulier suite à la diminution progressive de son cours au fil des années par rapport au dollar.

Alors doit-on craindre une hausse de l’Euro?

L’Euro a été un introduit pour l’un des principaux objectifs en Europe qui n’est autre que de favoriser les échanges intracommunautaires, mais aussi pour créer et maintenir un effet de cohésion des politiques économiques des membres de l’UE.

Jusqu’à aujourd’hui, on remarque que l’euro s’apprécie par rapport au Dollar ou au Yen. A présent, en effet, 1 € vaut davantage plus de dollars, ou de yen, pour un opérateur étranger (importateur..etc) utilisant ces dernières. Ce qui permet de générer un potentiel élevé de gain de change pour l’Opérateur Européen si le cours de l’€ poursuit sa diminution. Généralement 1€ tourne autour d’un 1.20 $ en moyenne, tout dépend de la quantité d’€ en circulation. Le 01/01/1999, 1 € euro se valait pour 1,1665 dollars. On remarque peut-être ici, un cours encore moins élevé, mais il ne faut pas se réjouir trop vite si la hausse n’est que peu signifiante?

Les produits (tant bien biens que services), les capitaux en Europe sont plus coûteux que ceux aux Etats-Unis, au Japon & en Chine, si on les convertis en dollars & en yen, on s’aperçoit qu’il faudra une offre supplémentaire de dollars & de yen, sur le marché des changes ce qui entraine une appréciation de l’Euro. A première vue, on se dira tous que les entreprises seront avantagés notamment par ses gains de change. Mais il faut toutefois se focaliser sur un aspect plus commercial. Les entreprises perdront au fur & à mesure de notables parts de marché en exportant moins. Par exemple en France, nous faisons face à une chute du solde commercial (on s’intéresse donc que aux opérations d’import/export de biens & services) qui marque un déficit d’environ – 27 milliards €, tout en perdant encore des parts de marché sur leur propre territoire.
Parallèlement, une telle appréciation de l’Euro par rapport aux autres monnaies,  permettra des produits étrangers (hors de la zone euro) moins couteux pour l’agent résidant en zone Euro, ce qui peut même créer un avantage de prix par rapport aux produits nationaux.

Inversement une dépréciation de l’Euro, rendra les produits nationaux moins chers, pour les agents résidents, et permettra une meilleure compétitivité des entreprises sur les marchés internationaux, notamment par les prix « attractifs » proposés, les parts de marchés seront donc à la hausse.

Le cas de Airbus est bien connu, ses coûts sont en euros, pour des ventes dans le secteur de l’aéronautique en dollars. Ses objectifs de Profits sont donc compromis par une hausse de l’Euro. Son concurrent direct comme Boeing, commercialise sa production en dollars, ce qui lui permet sur ce point de plus ou moins atteindre ses objectifs de marge.

Toutefois, ceci n’est que purement théorique, en étant plus marginal, on s’aperçoit notamment que des biens restent « insensibles » aux variations de l’Euro, comme dans le marché du grand luxe du où l’élasticité des prix est faible et la demande varie peu, des entreprises développant leur propre image de marque, qui pratiquent leur politique de prix intrinsèque afin de compromettre la concurrence pure & loyale. Des grandes firmes comme EADS ou encore Dassault envisage des projets de délocalisation de leur chaînes de production, au dépend de leur internationalisation.

Finalement, on constate qu’un Euro dit « fort » (comme un Euro considéré comme faible) influe sur la compétitivité des entreprises, s’il désavantage certaines entreprises à l’exportation. L’Euro fort peut toutefois permettre d’importer à une offre plus profitable les matières 1ères, qui sont commercialisés généralement en dollars. La monnaie permet de couvrir en quelques sorte la zone euro des fluctuations à la hausse du pétrole qui se commercialise en dollars sur les marchés.

Mots-clefs :, , ,

Econotes |
Researchfinancialcontroller |
Audit, Management Control, ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nouvellesdupalais
| Passiontrade
| Explications au sujet de Pr...